Directions et co-directions d’ouvrages

Maubant, P. (2021). (Dir. avec la collaboration de Pascal Roquet). L’archipel des temps de la formation : esquisse d’une ingénierie de l’alternance. Nîmes : Champ social éditions.

Argumentaire :

Temporalités, temps (de formation, de travail ou de vie), moments, périodes, mouvements, instants ou rythmes sont des concepts présents dans les textes réglementant la formation professionnelle, même s’ils ont été et sont encore l’occasion, pour les sciences humaines et sociales, de vifs débats et de virulentes polémiques. Ils régentent, organisent et structurent tout autant les dispositifs de formation et les curricula de formation que le Code du travail et ses accords interprofessionnels, de branche ou d’entreprise. La définition des temps de la professionnalisation des parcours de formation exprime une codification sociale et une certaine conception de la société. La problématique des temporalités relève tout autant du quotidien du travailleur, que des réalités de l’étudiant ou du citoyen. Le rapport au Temps et aux temps sociaux est donc une question humaine. Celle-ci est inhérente aux liens qu’entretiennent les humains, parfois malgré eux, à la vie et à la mort. Mais les temps peuvent constituer des outils d’intelligibilité des situations, des parcours et des dispositifs, qu’ils soient de formation ou professionnels. Dans cette perspective, nous proposons cet ouvrage visant, à partir de l’étude de la question des temporalités, à mieux saisir, caractériser et comprendre les dispositifs et les parcours de professionnalisation. Il est organisé en sept chapitres rédigés par des experts internationaux de la professionnalisation, des temps sociaux et de l’alternance.  Étudier les temporalités, c’est chercher à mieux comprendre les parcours de professionnalisation dont nous savons qu’ils constituent, certes, un élément de langage des ingénieurs de formation, mais aussi et surtout une promesse d’un mieux-être pour celles et ceux qui s’y engagent. Un parcours de formation s’inscrit dans un contexte et dans un dispositif. Il est aussi un mouvement alternant des lieux, des temps, des histoires, des objets et des sujets. Il reflète l’archipel des temps de la professionnalisation. Il révèle l’esquisse d’une ingénierie de l’alternance.

Page de l’éditeur :

Champ social éditions

Maubant, P. (2018). (Dir.) avec la collaboration de Chiara Biasin et Pascal Roquet. Les temps heureux des apprentissages. Nîmes : Champ social Éditions.

Argumentaire :

À l’heure des discussions vives, parfois des polémiques sur les transformations du travail et sur l’impact des injonctions à organiser les modes de production à des fins de gains de rentabilité, chacun s’interroge sur les conditions politiques, stratégiques, organisationnelles et pédagogiques de l’apprentissage d’une profession. Toute profession s’apprend-elle ? Dans quels contextes, par qui ou avec qui un professionnel novice devient-il un professionnel expert ? Combien de temps durera cet apprentissage professionnel ? Tout apprentissage d’une profession n’est-il possible que dans le cadre d’un projet et d’un parcours de formation ? Peut-on apprendre ou ré-apprendre à tout âge de la vie ?
Dix chapitres invitent le lecteur à questionner les temps de l’apprendre comme des situations ponctuant et régulant un parcours de vie.

Page de l’éditeur :
Champ social Éditions

Maubant, P., Boisclair, M. (2013). (Dir.). Les pratiques de formation, d’intervention et d’accompagnement dans les métiers des ressources humaines. Québec : Presses de l’Université du Québec.

Argumentaire :

2381-d3884-pn-e168580Sous l’effet des impératifs d’une employabilité et d’une rentabilité accrues, les métiers des professionnels des ressources humaines se transforment. Ceux-ci ne sont plus seulement des gestionnaires, mais aussi des concepteurs de formation et des accompagnateurs du changement. Responsables à la fois du diagnostic de problématiques et de l’identification de ressources formatives, ils doivent aujourd’hui mettre en place des dispositifs de soutien, d’accompagnement et de supervision du changement des pratiques individuelles et collectives au sein des organisations productives. Qui sont ces nouveaux professionnels des ressources humaines ? Quelles sont les nouvelles pratiques qu’ils déploient ? Quels rôles et quelles fonctions les organismes de formation auront-ils à jouer pour tenir compte de ces nouvelles pratiques ? Cet ouvrage engage la réflexion sur l’évolution des métiers des ressources humaines, et ce, tant sur le plan décisionnel et organisationnel que sur le plan opérationnel. Les auteurs relèvent les changements qui marquent les métiers des ressources humaines, puis analysent leur influence sur l’action professionnelle constitutive de ces métiers, sur le développement des compétences individuelles et collectives dans l’entreprise de même que sur les conceptions de la formation des décideurs publics et privés ainsi que des responsables d’établissements de formation.

Page de l’éditeur :
Presses de l’Université du Québec

Clénet, J., Maubant, P., Poisson, D. (2012). (Dir.) Formations et professionnalisations : à l’épreuve de la complexité. Paris: L’Harmattan.

Argumentaire :
scan-131110006-e122151La complexité concerne d’abord les « affaires humaines ». L’éducation et la formation, et l’étude des processus de professionnalisation en sont des figures exemplaires. La complexité invite à redéployer, expliquer, interpréter et produire des savoirs pertinents socialement. En étudiant la professionnalisation dans le contexte des métiers adressés à autrui, ce livre montre la variété des modes d’appréhension de ce concept.

Page de l’éditeur :
L’Harmattan

 

 

Maubant, P. (2012). (Dir.). Enjeux de la place des savoirs dans les pratiques éducatives en contexte scolaire. Québec : Presses de l’Université du Québec.

Argumentaire :

17564-9782760530577-e122153Depuis plusieurs années, des recherches en sciences de l’éducation visent à analyser les pratiques éducatives des différents intervenants, professionnels ou non, oeuvrant en contexte scolaire et non scolaire auprès de différentes populations jeunes et adultes. Le travail enseignant, notamment, fait l’objet d’observations, d’analyses, d’interprétations sur le sens, la nature et les modalités de réalisation de l’intervention éducative.Au regard des différentes missions assignées à l’école québécoise et des différentes épistémologies qui fondent les programmes d’enseignement et de formation à l’enseignement, d’importants travaux en sciences de l’éducation cherchent aujourd’hui à décrire et à comprendre ce qui se joue dans la classe, tant du point de vue de l’acte d’enseignement que de celui des différents savoirs à apprendre. Si la réussite scolaire pour tous semble aujourd’hui la pierre angulaire et la figure emblématique des systèmes éducatifs contemporains, il importe de comprendre de quelles manières l’enseignant pense, conçoit et met en œuvre son acte d’enseignement et quelle place il accorde aux différents savoirs qu’il a pour mandat de transmettre aux élèves. C’est le projet des différentes contributions présentées dans cet ouvrage, qui pose ainsi deux questions : l’identification du sens et de la nature de l’intervention éducative en contexte scolaire. Des réponses à ces deux questions dépend sans doute l’ambition de réussir l’École mais aussi le prodigieux défi de la démocratisation de la réussite scolaire.

Page de l’éditeur :
Presses de l’Université du Québec

Maubant, P., Clénet, J., Poisson, D. (2011). (Dir.). Débats sur la professionnalisation des enseignants. Quand la formation des adultes s’invite au débat sur la professionnalisation des enseignants. Québec : Presses de l’Université du Québec.

Argumentaire :

280x0-d3054-cp-e122156Les recherches en formation d’adultes permettent d’observer, depuis les années 2000, l’émergence de recherches en éducation visant à comprendre les conditions de réalisation et de réussite de l’apprentissage professionnel. Le rapprochement qui est fait dans cet ouvrage entre le champ de recherche de la formation d’adultes et la formation à l’enseignement s’imposait pour penser celle-ci au service de l’amélioration des compétences professionnelles des enseignants. En s’attardant à l’éducation comparée, en confrontant des recherches nord-américaines et européennes et en étudiant des travaux sur les interactions entre l’enseignant en formation et les différentes ressources formatives impliquées dans sa formation, ce livre ouvre des pistes de réflexion novatrices.Cet ouvrage est issu du premier symposium international organisé par l’Institut de recherche sur les pratiques éducatives, qui a eu lieu à Sherbrooke en octobre 2009. Ce symposium a servi d’acte fondateur pour la constitution d’un réseau-observatoire international sur la professionnalisation dans les métiers relationnels et de l’interaction humaine.

 Page de l’éditeur :
Presses de l’Université du Québec

 Maubant, P., Martineau, S. (2010). (Dir.). Fondements des pratiques professionnelles des enseignants. Ottawa : Presses de l’Université d’Ottawa.
Argumentaire :

scan-131110009-e122159Ce recueil examine ce qui fonde les pratiques de l’enseignement et les processus d’apprentissage professionnel par lesquels on maîtrise la situation d’enseignement-apprentissage. Les auteurs visent à proposer des modifications à la manière dont on approche la formation à l’enseignement et à mettre à jour les mécanismes de transfert entre la formation professionnelle et la pratique de l’enseignement. Cet ouvrage témoigne de la centralité de la question des fondements des pratiques de professionnelles des enseignants dans les grandes problématiques éducatives et vise à ajouter au discours sur la pédagogie de l’enseignement.

Page de l’éditeur :
Presses de l’Université d’Ottawa

Maubant, P., Roger, L. (2010). (Dir.). De nouvelles configurations éducatives : entre co-éducation et communautés d’apprentissage. Québec : Presses de l’Université du Québec.

Argumentaire :

280x0-d2577-e122161L’éducation n’est pas une activité circonscrite aux institutions scolaires. La famille, tout comme les maisons des jeunes, les écoles d’arts et les équipes sportives, sont tous des milieux de développement personnel et social pour l’apprenant. La présence et l’essor de ces communautés d’apprentissage et des nouvelles configurations éducatives qui en découlent, notamment sur le plan virtuel avec les blogues et les forums de discussion, bouleversent les modèles éducatifs traditionnels. La coéducation, qui cherche à dépasser la stricte relation duale avec l’éduqué en mobilisant différents porteurs de savoirs dans des contextes variés, est-elle un modèle prometteur ? Si chaque éducateur peut se nourrir de l’apport des autres acteurs impliqués dans cet espace éducatif partagé, ladémultiplication des approches et des intervenants comporte des risques, dont celui de noyer les élèves dans un flot d’informations anomiques.

Page de l’éditeur :
Presses de l’Université du Québec

Besançon, J., Maubant, P., Ouzilou, C. (1991). (Dir.). L’individualisation de la formation en questions. Paris : La Documentation française.

Argumentaire :

sans-titre-e122163Dans son acception de départ, l’individualisation de la formation veut que les démarches de formation soient conduites au plus près des besoins des individus, de sorte à prendre en compte leurs problèmes particuliers et leurs attentes. elle renvoie à un souci de plus grande efficacité de la formation rendue possible par le développement de nouvelles technologies et de nouvelles méthodes facilitant l’adaptation des parcours de formation aux individus. Elle se développe à un moment où les discours sur l’individualisme reprennent force et, où, selon l’analyse de Serge Moscovici, émerge une représentation sociale des relations et des institutions qui a l’individu pour centre. Réunissant les contributions de chercheurs et de praticiens se référant à des champs disciplinaires très différents : l’histoire, la philosophie, le droit, la psychanalyse, la sociologie, l’économie, la psychologie et bien évidememnt les sciences de l’éducation, et des témoignanges de praticiens, ce livre cherche à éclairer par une mise en questions cette notion complexe et les pratiques qui s’en réclament. Ce livre prolonge un colloque organisé sur ce même thème par trois ministères formateurs : Agriculture et Pêche, Éducation nationale, Travail, Emploi et Formation professionnelle, l’AFPA et le CNAM.